Le rythme ralentit...


Nous voilà au Maroc depuis deux semaines. On se baigne dedans, vraiment.

On se déconnecte petit à petit de tout ce qui n’est pas vital. Ce qu’on préfère pour le moment : faire le plein de légumes, fruit et céréales et s’isoler pour quelques jours dans un endroit nature.




Depuis hier, nous sommes près de Tagazhout (un peu au nord d’Agadir), garés sur une étendue caillouteuse et légèrement boisée, surplombant la mer. Seuls au monde. La plage est accessible par un petit escalier naturel dans la roche. Les enfants s’amusent à un de leur jeu favori et universel, la chasse aux vagues. Les rires explosent quand l’eau les surprend dans leur course. Le soleil brille au-dessus de la mer, elle en est presque aveuglante de lumière. C’est comme si notre astre préféré avait perdu des morceaux dans l’eau. Le bruit du ressac rassure, les galets présents dans le sable ajoutent un léger crépitement quand la vague se retire.




Hier soir, l’univers nous a encore offert un des plus beaux couchers de soleil jamais vu. On aurait dit qu’un peintre imaginaire avait dilué toutes ses aquarelles les plus chaudes dans le ciel. Les couleurs se reflétaient sur le sable mouillé, c’était magique. Alors, on a installé nos chaises face au spectacle et on y a assisté avec un bon thé, cela remplace tous les cinémas du monde…


Lorsque la nuit est tombée, un fin croissant de lune a trouvé sa place au milieu des millions de points lumineux qui ont envahi le ciel. Tout doucement, la lune a perdu sa lumière pour se parer d’une couleur orangée et, comme si elle suivait son rival, elle s’est couchée dans la mer pour ensuite disparaître à l’horizon. Il ne restait plus que les étoiles qui brillaient comme si c’était leur dernière fois. Quand on les regarde longtemps, on croirait les voir danser…


Beaucoup de découvertes, de rencontres depuis notre dernier post !


Visite d’Essaouira

Magnifique ville sur la mer, le bleu habille les bâtiments avec douceur et lumière. Les taxis sont des calèches ici, touristes et locaux les empruntent pour moins d’un euro. Se perdre dans les couloirs de la médina vaut vraiment la peine. Toute en arches de pierres, petites portes et grandes murailles. On se croirait dans un autre temps.

Le souk nous offre notre dose de bons produits, on n’en revient pas quand on paye nos sacs d’amandes, de dattes et de pois chiches.

Conseil de famille pour décider de notre nouvelle destination… Ce sera Agadir. Nous avions rencontré un couple de retraités français sur le bateau qui allait y passer un mois, l’envie de les revoir ne nous avait pas quitté.


La vallée du Paradis

Comme souvent, le destin nous fait dévier de notre route, quel bonheur. Quelques kilomètres après notre départ d’Essaouira, nous prenons des jeunes auto-stoppeurs, une pancarte ‘Agadir’ à la main. Une allemande, une canadienne et un américain (la photo ci-contre est de lui). Ils se sont rencontrés quelques semaines auparavant et ont décidé de faire un bout de chemin ensemble. On les embarque et il ne faut pas une heure pour qu’on les adopte. Nous avions dans l’idée de faire escale près des dunes avant Agadir, on leur propose de venir avec nous ce qu’ils acceptent avec enthousiasme. Le soir autour du feu, ils nous parlent de leurs voyages, de leurs motivations respectives et de leur projet pour les prochains jours. Ils vont dans la vallée du Paradis (c’est son vrai nom !), un peu à l’est de là où l’on se trouve. Conseil de famille… On y va ! Agadir attendra… On passera finalement quatre jours ensemble.


De quoi découvrir les montagnes, les rivières et la végétation qui habitent cette vallée avec tant de grâce. Un soir, nous avons construit un four en pierres pour y cuire nos pizzas !

Un rassemblement de voyageurs se prépare dans la région, le Rainbow. Visiblement c’est assez connu, ces rassemblements ont lieu partout dans le monde, périodiquement. La philosophie principale est basée sur l’échange de savoir. « Je t’apprends un morceau à la guitare, tu m’apprends à faire du pain ». Nous avons rencontré les organisateurs qui cherchent toujours le lieu où s’établir. En attendant cet évènement, nous décidons de partir pour Agadir, à une trentaine de kilomètres. Le camping ne nous plait pas mais l’occasion de revoir ceux que nous avions tant apprécié à notre arrivée dans ce pays est suffisamment forte pour qu’on s’y fasse. Et puis se brancher à l’électricité a quand même ses avantages !

Après des retrouvailles chaleureuses et un bon repas tous ensemble, nous voilà à nouveau sur la route.


Cette alternance entre jours de route et séjours dans des petits endroits reculés nous plait beaucoup. La déconnection se fait sans qu’on la voit arriver. Nous oublions de mettre à jour notre position sur le site par exemple… Désolés !

Prendre du recul pour garder en mémoire ce que l’on vit est néanmoins très agréable. Ecrire le blog, dessiner nos souvenirs permet d’en apprécier encore plus la saveur. Nous espérons que c’est aussi délicieux à lire…



Léa : Nous voici arrivés à la mer, il y a des rochers.

J’ai vu une seiche c’est très grand. La mer est très belle et dans les flaques, l’eau est chaude.

On a rencontré Jamaa, il nous a donné des POISSONS!!!!!!!. On a rencontré John, Frances, Taisha. Ils faisaient du stop au bord de la route.

199 vues4 commentaires