Projet arbre généalogique

Mis à jour : 17 oct. 2018

Lors d'une discussion avec ma grand-mère, Léa a appris qu'il y avait des origines espagnoles dans la famille (grand-père paternel de ma grand-mère).

"C'était il y a longtemps !" Elle s'est donc posé tout un tas de questions, notamment concernant les gènes espagnoles qu'elle aurait, concernant les générations précédentes plus globalement. Elle a donc décidé de créer son arbre généalogique.


Elle a tout de suite choisi un grand carton, elle savait qu'elle aurait besoin de place vu qu'elle voulait remonter jusqu'au grand-père de son arrière grand-mère. Mais au départ, elle a démarré par coller ses parents juste au-dessus d'elle, il n'y avait déjà plus de place en largeur pour ses grands-parents.

Il a donc fallu recommencer en écartant les branches et en mesurant les étages et le nombre de personnes sur chaque (2 parents, 4 grands-parents, 8 arrière-grands-parents, ...).



Elle s'est servie d'un capuchon pour créer les bulles dans lesquelles elle a écrit les prénoms (c'est ce qui l'intéresse).

S'en est suivi une série de visites et de coups de téléphone aux différentes personnes qui sont susceptibles de l'aider à compléter son arbre. Sa grand-mère paternelle a même fait des recherches pour elle.

Elle se réjouit à chaque fois qu'un nouveau prénom arrive, elle note une fréquence du prénom "Élisabeth", aucune autre Léa jusqu'ici !

Au fur et à mesure, se dégage l'arbre de ses parents et de ses grands-parents. Elle parvient à manipuler le vocabulaire.


C'est un projet pour lequel elle a du déployer beaucoup de compétences ;

- comme il a fallu recommencer l'organigramme car nous avions trop rapproché les premières branches, c'était un sacré travail géométrique et numérique ;

- elle a contacté plusieurs personnes (grands-parents et arrière-grands-parents) et apprend ainsi à identifier ce qu'elle cherche et formuler les questions adéquates ;

- elle a manipulé le vocabulaire généalogique : "Comment s'appelait mon arrière-grand-père maternel?" ...


Et ce n'est qu'une première approche. Depuis que ma grand-mère lui en a parlé, son but en effet est de savoir combien de sang espagnol coule dans ses veines. La prochaine étape implique donc des fractions !

59 vues1 commentaire